De nombreux procédés sont encore à vulgariser en France pour élargir davantage les retombées de la géothermie. Les pieux géothermiques, associés à une pompe à chaleur, sont une illustration parfaite de la manière de chauffer une maison grâce à ses propres fondations.

Les pieux géothermiques, un procédé courant depuis des décennies

La géothermie reste un défi ambitieux pour l’Hexagone. Dès 2007, le Grenelle prévoyait la production d’énergie d’environ 1,3 million de TEP — tonne équivalent pétrole — par an grâce à la géothermie. Force est de constater qu’aujourd’hui, il reste encore du chemin à faire dans ce domaine. Car ces dispositifs, simples et pourtant très répandus sous d’autres cieux, en sont encore à leur balbutiement en France. Ici, l’on évoque particulièrement le cas des pompes à chaleur intelligente, dont l’utilisation est évidemment associée à celle des pieux géothermiques.

Vers un grand avenir de la pompe à chaleur intelligente en France ?

La technique de la pompe à chaleur intelligente est en passe d’être vulgarisée en France. Si les incitations à l’utilisation de ce dispositif n’existent pas véritablement, un premier pas vers sa banalisation est peut-être lancé. Le CSTB — Centre Technique et Scientifique du Bâtiment — a en effet diffusé son avis technique il y a quelques mois. Désormais, l’utilisation des pieux géothermiques pour la construction d’un bâtiment est ainsi acquise. En outre, les initiatives émanant de plusieurs opérateurs du secteur entrent totalement dans l’optique de la vulgarisation de la pompe à chaleur intelligente.

Des pieux géothermiques opérationnels hiver comme été

S’il existe plusieurs manières de recueillir la chaleur provenant du sol et du sous-sol, celle de la pompe à chaleur intelligente s’impose comme l’une des plus rationnelles. Les installations à réaliser sont en effet simples, car il suffit d’utiliser les pieux géothermiques pour capter la chaleur. En tant que fondation, les pieux géothermiques supportent tout d’abord le bâtiment, et reliés à la pompe intelligente, ils génèrent de la chaleur au sein de celui-ci. Le pieu géothermique est donc un pieu de fondation en béton centrifugé, au sein duquel l’on installe des sondes et des capteurs géothermiques reliés à un système de chauffage. Ce principe fonctionne en toute saison : en été, la chaleur dans le bâtiment est évacuée par l’intermédiaire des sondes vers le sol. Et en hiver, les capteurs reçoivent les calories du sol pour le répandre dans le bâtiment sous forme de température.

Une différence de coût relativement accessible

Les chiffres avancés par le bureau d’études sont plutôt enthousiasmants : le pieu géothermique correspond tout à fait au quart environ des bâtiments construits en France. Le surcoût est en outre relativement faible, la différence n’étant que de 3 % sur le coût total si un entrepreneur utilise des pieux géothermiquses en lieu et place des pieux classiques pour la fondation.